CP | Ni intimidés, ni réduits au silence !

5 février 2021
Sauvons la forêt et partenaires
L’association Rettet den Regenwald (Sauvons la forêt, Allemagne) et le Center for International Policy (CIP, États-Unis) se défendent contre une action en diffamation devant le tribunal régional de Hambourg. Cette affaire est un exemple de ce que l’on appelle une poursuite-bâillon ou SLAPP (strategic lawsuit against public participation), démarche par laquelle des entreprises et des individus puissants abusent des tribunaux pour limiter la participation et la critique publiques. Avec 125 autres organisations internationales, SystExt a souhaité apporter son soutien à ces associations que l'on cherche à intimider.
Forêt défrichée pour le palmier à huile, Cameroun (Banque Mondiale · Mai 2013 · cc by-nc-nd 2.0)

► Voir le contexte et la liste des soutiens au lien suivant sur le site internet de Sauvons la forêt.

DÉCLARATION DE SOLIDARITÉ

La destruction des forêts tropicales est l’un des plus grands crimes environnementaux de notre époque. Mais au lieu de poursuivre ses auteurs, les tribunaux sont de plus en plus sollicités pour harceler les défenseurs de l’environnement. C’est ce qui arrive aujourd’hui à l’association Rettet den Regenwald e.V.  (Sauvons la forêt), attaquée devant le Tribunal de Grande Instance de Hambourg en Allemagne.

En 2016, avec neuf autres ONG, Rettet den Regenwald e.V. a envoyé un courrier aux entreprises Siemens et Nordex afin d’attirer leur attention sur leurs relations d’affaires avec un conglomérat accusé de déforestation pour ses plantations de palmiers à huile ainsi que d’intimidations à l’encontre de populations autochtones. C’est pour ce courrier que Rettet den Regenwald e.V. est aujourd’hui poursuivi par un tiers.

Nous considérons ce procès comme une tentative d’intimider et de réduire au silence les défenseurs de l’environnement. Nous voyons dans cette affaire un exemple typique de SLAPP (strategic lawsuit against public participation), démarche par laquelle des entreprises et des individus puissants abusent des tribunaux pour limiter la participation et les critiques du public. Les SLAPP (également appelées ”poursuites-bâillon”) sont une menace pour les organisations et les militants qui, en dénonçant les abus, en désignant les responsables et en défendant l’environnement et les droits de l’homme, agissent pour le bien commun.

De telles procédures sont en conséquence une attaque contre la démocratie et un effort pour entraver le travail de la société civile, car :
- au lieu de travailler à la protection des forêts tropicales contre la destruction par les entreprises, les écologistes doivent sacrifier un temps précieux pour se défendre eux-mêmes,
- le processus juridique coûte également de l’argent qui serait mieux dépensé pour la protection des forêts tropicales et les projets partenaires dans les pays du Sud,
- l’affaire pourrait amener les défenseurs de l’environnement à se montrer trop prudents ou à s’autocensurer dans d’autres campagnes par crainte de nouvelles poursuites.

Ce procès porte donc préjudice aux forêts tropicales et aux personnes qui y vivent.

Nous exprimons notre solidarité avec Rettet den Regenwald e.V.

Quiconque poursuit des militants et des organisations, qui œuvrent à une société plus juste et à la protection de la nature, nous attaque toutes et tous.