Communiqué de presse | 251 organisations de 29 pays appellent le gouvernement salvadorien à abandonner les charges contre les Défenseurs de l'Eau arrêtés le 11 janvier

20 janvier 2023
SystExt
Le 11 janvier, sur ordre du procureur général salvadorien, la police a arrêté cinq éminents Défenseurs de l'Eau. Ils font partie des leaders de la campagne historique qui a conduit à l'interdiction de l'exploitation minière au Salvador en 2017 au nom de la protection de l'eau. Or, le gouvernement envisagerait désormais d'annuler cette interdiction. Selon les organisations de défense de l'environnement et des droits de l'Homme au Salvador, les arrestations servent un objectif politique, car elles visent à réduire au silence ces Défenseurs de l'Eau et à démobiliser l'opposition communautaire dans un moment critique pour le pays. Avec 250 autres organisations internationales, SystExt apporte aujourd'hui son soutien à une déclaration commune demandant au gouvernement salvadorien d'abandonner les charges retenues et de les libérer de prison, dans l'attente de leur procès.
Organisations à l'origine de l'appel


► Télécharger en bas de page la déclaration originale en anglais et en espagnol, comprenant la liste des 251 signataires.

Le texte ci-après consiste en une traduction en français proposée par SystExt.

Washington, D.C. et San Salvador · Le 20 janvier, 251 organisations de 29 pays ont publié la déclaration suivante :

Le 11 janvier, sur ordre du procureur général salvadorien, la police a arrêté cinq éminents Défenseurs de l'Eau dans le nord du Salvador : Miguel Ángel Gámez, Alejandro Laínez García, Pedro Antonio Rivas Laínez, Antonio Pacheco et Saúl Agustín Rivas Ortega.

Ces personnes ont fait partie des leaders de la campagne historique et victorieuse qui a convaincu l’assemblée législative salvadorienne d'adopter à l'unanimité en 2017 une interdiction de l'exploitation minière "métallique", afin de sauver les rivières de ce pays. En 2009, l’Institute for Policy Studies (IPS) a récompensé la coalition que plusieurs de ces cinq hommes ont contribué à créer, la Table ronde nationale sur l'exploitation minière des métaux, en lui décernant le prix Letelier-Moffitt des droits de l'Homme.

Aujourd'hui, en partie à cause de son adoption peu judicieuse du bitcoin, le gouvernement salvadorien subit une énorme pression pour trouver de nouveaux revenus. Le gouvernement envisagerait d'annuler l'interdiction de l'exploitation minière et d'autoriser cette activité nuisible à l'environnement. Les organisations de défense de l'environnement et des droits de l'Homme au Salvador ont déclaré que les arrestations servaient un objectif politique, car elles visent à réduire au silence ces Défenseurs de l'Eau et à démobiliser l'opposition communautaire dans ce moment critique.

Les cinq hommes sont accusés par le procureur général du Salvador d'un meurtre présumé commis il y a plus de 30 ans, pendant la brutale guerre civile au Salvador, qui a coûté la vie à 75 000 personnes. Les victimes des crimes de cette guerre, au cours de laquelle une dictature soutenue par les États-Unis et des escadrons de la mort d'extrême droite ont tué des dizaines de milliers de personnes, réclament justice depuis des décennies. Le gouvernement actuel, cependant, a choisi de maintenir activement des décennies d'impunité. Plutôt que de mener des enquêtes ou de poursuivre les responsables des dizaines de cas de violations des droits humains et de crimes contre l'humanité commis par des membres de l'armée salvadorienne à l'encontre de la communauté de Santa Marta (notamment les meurtres du massacre de la rivière Lempa en 1980, au cours duquel 30 personnes ont été assassinées et 189 ont disparu), le gouvernement victimise à nouveau la communauté en ciblant ses dirigeants, qui se sont ouvertement opposés à ses politiques. Cela soulève la question de la véritable motivation du procureur général, qui semble tenter de réduire au silence ces Défenseurs de l'Eau, qui plus est à la lumière de la campagne de l'administration actuelle pour criminaliser, persécuter et démobiliser ses opposants politiques.

Le mouvement salvadorien visant à l’interdiction de l'exploitation minière et les Défenseurs de l'Eau qui l'ont rendue possible ont été une source d'inspiration pour les communautés et la société civile à l’international. Au fil des ans, des centaines de groupes du monde entier ont travaillé avec les Défenseurs de l'Eau salvadoriens dans le cadre de la campagne victorieuse visant à sauver les rivières du pays des mines d'or toxiques.

Manifestation en faveur de l'interdiction de l'exploitation minière au Salavador en 2017 | © UpsideDownWorld · Avril 2017 · Lien de la source

Les organisations soussignées s'associent pour demander au gouvernement salvadorien d'abandonner les charges retenues contre les cinq Défenseurs de l'Eau et de les libérer de prison, dans l’attente de leur procès.

Ces organisations sont basées dans les 29 pays suivants : Afrique du Sud, Allemagne, Argentine, Australie, Autriche, Bolivie, Canada, Chili, Colombie, Équateur, Espagne, États-Unis, France, Guatemala, Inde, Irlande, Mexique, Nouvelle-Zélande Aotearoa, Paraguay, Pays-Bas, Pérou, Philippines, République dominicaine, Royaume-Uni, Salvador, Serbie, Suède, Suisse, Thaïlande.