Glossaire

Affouillement

L'affouillement d'un dépôt minier est un phénomène d'érosion en pied de dépôt, dû à l'action de creusement des eaux (eaux de ruissellement ou eaux d'un cours d'eau).
 

Amalgamation

L'amalgamation est une technique de récupération du métal (on parle aussi d'extraction chimique dans le domaine de la minéralurgie et de la métallurgie). Elle consiste à allier l'or (et l'argent) avec du mercure et à décomposer l'alliage (25 à 50 % d'or) par distillation du mercure, vers 400-500°C.

Carreau

Le carreau correspond à une parcelle de terrain où se trouvent les installations techniques de surface nécessaires à l’extraction du minerai : tête de puits, locaux techniques, bureaux, installation de traitement du minerai (s'il y a lieu), etc.

Cémentation

La cémentation consiste à transformer un métal en solution sous forme de métal solide par l'ajout d'un métal tierce. À titre d'exemple avec le cuivre, au contact de ferrailles, les eaux déposent le cuivre qu'elles contiennent lors d'une réaction de substitution du fer par le cuivre.

Cyanuration

La cyanuration (ou lixiviation au cyanure) est une technique de récupération du métal (on parle aussi d'extraction chimique dans le domaine de la minéralurgie et de la métallurgie). Elle consiste à extraire des substances solubles à l’aide d’une solution cyanurée. Pour "isoler" l’or du reste du mélange qui contient d’autres métaux et substances, il est nécessaire de le "dissoudre". Du point de vue chimique, les ions cyanure forment des complexes stables avec l’or, mais aussi avec l’argent et d’autres métaux.

Déversement volontaire

Le déversement volontaire est une technique de gestion des résidus miniers qui consiste à évacuer les résidus (et les stériles miniers dans certains cas, plus rares), le plus souvent sans traitement préalable, dans les rivières, les lacs ou les mers. Les conduites d’évacuation sont généralement placées à une profondeur élevée dans la masse d’eau (quelques dizaines à quelques centaines de mètres), lorsque cela est possible. Cette technique, connue sous le nom anglais de tailings dumping ou tailings disposal, et aussi appelée "déversement volontaire en milieux aquatiques". (SystExt, 2021, p.89)

Drainage minier acide

Le drainage minier acide (DMA) se produit lorsque des sulfures (en particulier la pyrite et la pyrrhotite) s’oxydent au contact de l’air et de l’eau pour produire des solutions acides (de pH inférieur à 6) et sulfatées. Les jus acides ainsi produits ont la propriété de mettre en solution les métaux contenus dans les minéraux, comme le fer (Fe), le cuivre (Cu), le plomb (Pb), le nickel (Ni) et le zinc (Zn), ou les métalloïdes tels que l’arsenic (As). Le DMA représente une menace majeure pour les milieux et les écosystèmes.

Environnement local témoin (ELT)

Un environnement local témoin (ELT) s'inscrit dans un milieu : (1) pour lequel il a été démontré l'absence d'influence des activités concernées ; (2) correspondant au même milieu d'exposition que ceux étudiés. Un ELT peut concerner les sols, les eaux superficielles, les eaux souterraines, les végétaux et l'air. À titre d'illustration, dans le cas de l'étude de pollutions minières, un sol ELT de zone de loisirs devra : être situé hors de toute influence minière, se trouver dans la mesure du possible sur les mêmes faciès géologiques et s'incrire sur une zone de loisirs. En effet, théoriquement, on ne peut pas comparer un sol de zone de loisirs avec un sol de jardin potager, par exemple.

Un environnement local témoin a ainsi pour finalité : (1) de servir de base de comparaison des niveaux de concentrations mesurés dans les milieux et d’apprécier si le site étudié présente des milieux dégradés ; (2) d’évaluer, le cas échéant, la dégradation attribuable à l’installation ou au site étudié. (INERIS, 2017, p.9)

Exhaure et émergences minières

Les travaux d’exploitation, qu’ils soient menés à ciel ouvert ou en souterrain, rencontrent nécessairement les eaux souterraines. Durant l’exploitation, la technique majeure consiste à drainer ces eaux vers la surface en les pompant (exhaure), afin de ne pas perturber les travaux miniers. En circulant dans les galeries et/ou les ouvrages de drainage, ces eaux sont mises en contact avec les roches contenant des minéraux métalliques et se chargent progressivement en métaux et métalloïdes, voire sont soumises au drainage minier acide. On parle alors d'eaux minières et d'émergences minières associées.

Flottation

La flottation est une technique de traitement du minerai qui permet de concentrer les minéraux d’intérêt en les faisant "flotter". Ces derniers sont rendus hydrophobes par l’ajout de "collecteurs". En présence de bulles d’air, les particules hydrophobes s’y fixent et remontent ainsi à la surface. Ce transport sélectif sépare donc les minéraux d’intérêt des autres, qui restent en suspension dans la pulpe. Un "déprimant" est également introduit afin de rendre hydrophiles les phases minérales qui ne doivent pas flotter.

Fusion

Technique de traitement pyrométallurgique qui consiste à chauffer le minerai à haute température, supérieure à la température de fusion du métal. Les matériaux sont alors complètement fondus et séparés en deux couches liquides, l'une contenant les métaux d'intérêt et l'autre les déchets.

Gabion

En génie civil, un gabion correspond à un casier rempli de pierres non-gélives (qui ne se fendent pas sous l'action du gel) pour construire des murs de soutènement ou encore des berges artificielles non étanches. 

Gravimétrie

En minéralurgie (ou concentration des minerais), la gravimétrie désigne un ensemble de techniques de séparation de minéraux, qui agissent en fonction de la différence de densité de ces minéraux.

Grillage

Technique de traitement pyrométallurgique qui consiste à chauffer le minerai à haute température mais tout en restant sous la température de fusion du métal. Le minerai est ainsi oxydé tout en restant à l'état solide.

Installation hydraulique de sécurité (IHS)

Les installations hydrauliques de sécurité (IHS) relèvent d'un régime spécifique : "Aucune définition n’étant donnée, ni par la loi ni par le décret, il convient d’entendre par "installation hydraulique de sécurité", tout ouvrage, aménagement, équipement relatif à la circulation ou à la qualité de l’eau, dont la mise en place résulte de l’exploitation et qui s’avère nécessaire à la sécurité des biens, des personnes ou à la protection de l’environnement." (Direction générale de la prévention des risques, 2018, p.14)

Lixiviation

La lixiviation désigne la dissolution chimique de certains constituants d'un matériau par la mise en contact avec une solution. Il peut s'agir d'un phénomène naturel (eau de ruissellement qui percole dans un dépôt de déchets, par exemple) mais aussi d'une technique de récupération du métal (on parle aussi d'extraction chimique dans le domaine de la minéralurgie et de la métallurgie). Dans ce cas, la dissolution des métaux consitutifs d'un minerai ou d'un concentré est réalisé par un solvant (acide sulfurique par exemple).

Ouvrage débouchant au jour (ODJ)

Entrée en surface d'un ouvrage souterrain (puits, galerie, descenderie, etc.).

Piézomètre

Forage non exploité permettant des mesures au niveau des nappes d’eau.

Raffinage

Technique de traitement pyrométallurgique qui consiste à retirer les impuretés métalliques qui se trouvent dans le métal "brut" obtenu après fusion.

Renonciation

En principe, la renonciation d'un titre minier est l'acte administratif par lequel un exploitant cède ses droits sur le titre minier.

Résidu de neutralisation

Déchet minier, rejet se présentant sous forme de boues, issues du traitement des eaux minières par l’ajout de chaux.

Résidu minier

Déchet minier, rejet généré à chaque étape de traitement du minerai. Ces matériaux présentent généralement une granulométrie fine (sable fin ou farine) et présentent souvent des concentrations élevées à très élevées en métaux et métalloïdes.

Stérile minier

Déchet minier, roches extraites pour accéder au minerai, et qui ne sont pas du tout ou pas suffisamment minéralisées pour être traitées dans l’usine. Les stériles se présentent généralement sous forme d’amas de blocs et de cailloux. Pour autant, ces matériaux peuvent comporter des fractions plus fines (dont des particules sableuses et argileuses). Le terme "stériles" prête à confusion, suggérant qu’ils seraient exempts de toute substance polluante, ce qui n’est pas nécessairement le cas. Le plus souvent, ils contiennent les minéraux des zones minéralisées, mais en quantité moindre.